Peut-on développer un SaaS bureautique « souverain » avec 8 M€

Peut-on développer un SaaS bureautique « souverain » avec 8 M€ ?
  • Last Update:2022-06-20
  • Version:001
  • Language:fr

Clément Bohic

8 millions d’euros. C’est l’assiette de dépenses minimale que l’État a posée dans le cadre d’un appel à projets destiné à accélérer le passage à l’échelle de l’offre française en matière de suites bureautiques cloud.

VivaTech, l’occasion idéale ? Netframe l’a en tout cas saisie pour communiquer à propos de son alliance avec Dassault Systèmes. Une information dont la start-up française avait déjà fait part début mai. Les deux partenaires venaient de répondre à un appel à projets dans le cadre du plan « France 2030 ». Son objet : le développement de suites bureautiques cloud.

Netframe apporte la suite bureautique ; Dassault Systèmes, le parrainage industriel... et l'hébergement, à travers 3DS Outscale. Ils ne sont pas seuls dans la boucle : un consortium s'est constitué pour porter le projet, avec Docaposte comme partenaire technologique et Nexedi « pour la reconnaissance au sein des écosystèmes open source ».

Si Nexedi s'implique, c'est en particulier pour une technologie dont il est à l'origine : SlapOS. Ce système d'exploitation orienté vers les infrastructures POSIX distribuées permet notamment de développer du SaaS.
Concernant Docaposte, des jonctions sont prévues avec plusieurs de ses offres : signature électronique, coffre-fort numérique, archivage, identité...

L'appel à projets s'est déroulé du 9 mars au 6 mai 2022. Les sélectionnés obtiendront des financements en subvention (maximum 75 % pour les activités de recherche industrielle ; 60 % pour le développement expérimental) et en part remboursable.

aides activités économiques

aides activités non économiques

D'après les termes de l'appel d'offres, on est sur des projets de 24 à 48 mois. Avec une assiette de dépenses minimale de 8 M€.

Illustration principale © Worldgraphics - Shutterstock

Source: Silicon https://www.silicon.fr/saas-bureautique-souverain-8-millions-euros-441568.html

Contact

  • Photo Jean-Paul Smets
  • Logo Nexedi
  • Jean-Paul Smets
  • jp (at) nexedi (dot) com
  • Jean-Paul Smets is the founder and CEO of Nexedi. After graduating in mathematics and computer science at ENS (Paris), he started his career as a civil servant at the French Ministry of Economy. He then left government to start a small company called “Nexedi” where he developed his first Free Software, an Enterprise Resource Planning (ERP) designed to manage the production of swimsuits in the not-so-warm but friendly north of France. ERP5 was born. In parallel, he led with Hartmut Pilch (FFII) the successful campaign to protect software innovation against the dangers of software patents. The campaign eventually succeeeded by rallying more than 100.000 supporters and thousands of CEOs of European software companies (both open source and proprietary). The Proposed directive on the patentability of computer-implemented inventions was rejected on 6 July 2005 by the European Parliament by an overwhelming majority of 648 to 14 votes, showing how small companies can together in Europe defeat the powerful lobbying of large corporations. Since then, he has helped Nexedi to grow either organically or by investing in new ventures led by bright entrepreneurs.
  • Photo Ni Yan
  • Logo Nexedi
  • Ni Yan
  • ni (dot) yan (at) nexedi (dot) com